Kajal

Un court métrage de Maël Lagadec

En pleine nuit une petite fille s’échappe d’une ville labyrinthique, tandis que dans un vieux théâtre abandonné, Salomée guète silencieusement l’écho d’un souvenir… Le souvenir du désert : un homme aveugle qui annonce la fin de l’exil de la danseuse Kajal. Grâce à sa danse, elle part en quête d’un passé lointain.

In the middle of the night a little girl escapes from a labyrinthine city, while in an old abandoned theater, Salome is silently watching the echo of a memory… The memory of the desert: a blind man announcing the end of the exile of the dancer Kajal. Thanks to her dance, she leaves in search of a distant past.

Kajal parle d’une quête du sacré vers les mémoires invisibles qui parcourent notre corps. Le kajal est un cosmétique indien pour les yeux, similaire au khôl. Utilisé depuis des milliers d’années, le kajal nettoie, désinfecte et purifie l’œil. La symbolique du cosmétique/protecteur des yeux est une porte d’entrée pour parler de la réappropriation de l’être. C’est le récit fictionnel d’une recherche vers les origines invisibles où le temps et l’espace se mélangent.”

Maël G. Lagadec